Archives mensuelles : juin 2008

Firefox 3, ça poutre… ou pas

Génial le « download day ». Un concept. Non je déconne, en fait, je m’en tape… comme l’euro 2008, rien à foot.
Néanmoins, comme je trainais sur portableapps et que FFox 3 portable est sorti très vite, j’ai tenté ma chance. Donc en sauvegardant mon Firefox 2 avant, bien au chaud, sentant le coup venir.
Bilan des courses, une fois mes modules capitaux invalidés (all-in-one gestures, tabmix plus, google browser sync et celui d’ebay il me semble), voire d’autres, je ne sais plus car tout a été très vite, je suis revenu bien vite vers firefox 2.
Quand je vois des plug-ins inutiles comme Vimperator sont dispos pour ffox 3, j’ai mal de voir les autres non dispos. Bon certes, je gueule mais je ne développe rien. Oui en effet, mais bon j’aime pas trop me sentir pris au piège, on dirait du bigrozoft : migrez les gars, on verra après…

Allez-y, excitez-vous, d’ici 1 mois, je retrouverai mes modules et hop, à moi firefox 3…
Et après on se demande pourquoi je préfère Debian à des distrib un peu trop vivaces. Heureusement, mon Ubuntu est restée en 7.10, je me méfie de la migration en 8.jesaisplusquoi. A tous les coups y’a ffox 3 dedans maintenant et pan dans ta gueule les modules, de force.

Beta-deployez bien, a+

TrueCrypt, fastfat.sys et BSOD (=boum Windows !)

J’utilise Truecrypt depuis une éternité sur une clef USB pour y trimballer dans un container crypté un morceau de ma vie (applis portables, documents importants etc).
Un jour j’ai changé de PC au boulot. Un beau XP tout neuf fraîchement installé.
Depuis, dès qu’un container Truecrypt est monté, mon PC se gamelle en écran bleu aléatoirement après quelques secondes d’utilisation, ou au pire quelques heures.
Un bel écran bleu avec des insultes sur le driver « fastfat.sys ».

Le test est sans appel : pas de container monté, jamais planté ; un container monté, ça plante rapidement.

– J’ai d’abord pensé à un coup de fatigue de ma clef USB. Que nenni, la changer n’y a rien fait. Même avec le container en local sur un disque, ça plante dès qu’on le monte, après quelques temps d’utilisation.
– J’ai recréé le container, pareil.
– J’ai upgradé TrueCrypt en 5.1 (au lieu de 4.jesaisplus), pareil.
– J’ai même trouvé un hotfix chez Bigrosoft spécialement pour les fastfat.sys qui plantent – hotfix ultra-chiant à télécharger – ça n’a rien changé. J’ai même cru après le SP3 de XP qu’il y aurait peut-être du mieux – ahahahahahah.

Bref, sur Google, rien de sérieux et sur les forums de Truecrypt, le mieux que j’ai trouvé est du « non c’est un bug microsoft » VS « non c’est un bug truecrypt ».

Finalement, j’ai opté pour un nouveau container en NTFS en me disant que « fastfat.sys » ne devait servir que pour la FAT32. Depuis je ne plante plus, ma vie est un rêve, j’ai gagné au super loto (8,10 €) et la compatibilité en a pris un sacré coup sous Linux. Même si le NTFS passe bien maintenant en écriture, je trouve ça dommage quand même.

Et comme j’ai assez perdu de temps sur le sujet, je ne ferai plus de test. Je vais donc rester comme ça.

En espérant que ce retour d’expérience serve à quelqu’un…

Cryptez bien !

Installer et déployer OCSInventory-NG

OCSInventory-NG est un outil d’inventaire de parc informatique. On l’associe souvent à GLPI (Gestion Libre de Parc Info), mais c’est uniquement car GLPI sait aller chercher les infos de OCS. OCSInventory-NG suffit à lui seul – lorsqu’il s’agit d’inventaire.
L’objectif de cet outil est de remonter automatiquement toutes les informations des ordinateurs (PC Windows, Linux, Mac) connectés à votre réseau ; notamment la liste des logiciels installés.
Pour ceux qui ne sont pas connectés au réseau, il est possible de faire tourner localement l’agent (l’outil qui remonte les infos) puis de récupérer un fichier et l’incorporer. Ce n’est pas très dynamique mais parfois nécessaire.

Dans cet article, je vais montrer comment installer le serveur sous Debian, le paramétrer un minimum et enfin comment déployer l’agent (il existe plusieurs méthodes et la doc n’est pas forcément limpide – pardon aux auteurs, j’ai dû relire plusieurs fois et m’y reprendre à plusieurs fois).
Mon contexte d’utilisation de l’agent est essentiellement du poste Windows où tout le monde n’a pas nécessairement le droit d’admin. Enfin, j’ai un domaine Samba, pratique pour exécuter des choses au login. Si c’est votre cas ou si vous avez un domaine AD de Bigrosoft, ça facilitera le déploiement.

Je ne vous expliquerai pas tout non plus, pour ne pas plagier la doc officielle. Je vous donne des pistes pour aller le plus vite possible en comprenant au mieux les grands principes. Continuer la lecture

Proxy PAC locaux (et IE)

Les fichiers PAC (Proxy Auto Configuration) sont des mini-javascript limités (en terme de fonctions) utilisés pour indiquer à un navigateur quel est le proxy de la société pour sortir sur le web.
Par extension, on peut l’utiliser pour faire une sorte de load-balancing, de répartition suivant l’IP, court-circuiter le proxy pour tel ou tel site etc. Bref, peu de fonctions, mais pas mal d’utilisation détournées. Google vous expliquera ça mieux que moi.
Ce format de fichier vient de chez Netscape, il y a une 12aine d’années, on n’a pas encore fait mieux. Sa syntaxe complète est décrite ici.

Il y a un truc bien merdique (sous IE :O) avec les fichiers PAC. Je vous en fais part car pour le coup, j’ai trouvé beaucoup de monde sur google se posant une question et personne n’y répondant correctement. Continuer la lecture

« Ubuntu UTF-8 » VS. « le reste en iso-8859-1 »

Cher blog,

Je t’écris car je suis globalement très content de mon Ubuntu, mais l’UTF-8, j’en ai pas besoin et dès que je fais du FTP, SFTP etc avec un système non-UTF-8, ça me fout en l’air les accents. Et des accents, j’aime bien en avoir.
Alors bon, j’ai bien trouvé un article sur un forum Ubuntu permettant de passer mon Ubuntu en iso-8859-15, mais ça a plutôt foiré qu’autre chose.
Je suis donc revenu en arrière, je conserve ma distrib en UTF-8 des fois que je me mette au Japonais un jour, et je cherche plutôt à utiliser mes clients FTP en mode iso-8859-1. Ca me parait plus sain.

Maintenant que j’ai à peu près trouvé tout ce que je voulais, je peux taper sur mon NAS en retrouvant mes accents, ainsi que sur ma dedibox, elle aussi en iso-8truc.

Dans l’explorateur de fichiers de Ubuntu (gnome)

Lorsque je tape une URL du type ftp://login:pass@machine/ je n’ai pas trouvé où mettre un paramétrage sur le jeu de caractères…

Dans gFTP

Dans les options, on peut préciser un jeu de caractère et la conversion se passe bien

Dans lftp

Comme je suis adepte du mode texte et de screen, il fallait aussi que ça marche avec lftp. Pour trouver, j’ai tapé sous le prompt de lftp un beau set -a | grep char pour repérer le paramétrage qui allait bien. Ensuite, j’ai ajouté les deux lignes suivantes dans le fichier /etc/lftp.conf :

set ftp:charset iso-8859-1
set sftp:charset iso-8859-1

Voilà. Ca va être marrant à imposer l’UTF-8….. et puis tant que Windows n’y sera pas, la majorité de la planète n’y passera pas. Enfin bref, de gros trolls poilus en perspective. Moi ça me gave ces gue-guerres…

Et quelques jours après….

Ben finalement je commence à ne plus mettre d’accents nulle part. J’ai moins d’emmerdements…

Si quelqu’un a une doc biblique sur « comment ne pas être emmerdé par l’UTF-8 », je suis preneur.

Vista : l’argument qui tue

Enorme ! Après Ballmer qui devrait arrêter un peu les rails de coke, voici un extrait de mon spam-officiel du matin, une des raisons de passer à Vista

«Why should you upgrade to windows vista»:
Every 10 PCs that switch to Windows Vista is the equivalent of taking an automobile off the road, in terms of greenhouse gases.

Et 9 pages de calculs scientifiques complètement nazes pour démontrer que la planète ira mieux si on passe à Vista. C’est sûr qu’entre ça et faire des bagnoles qui pomperaient pas autant de pétrole aux 100 bornes que mes potes de Ricard en une heure, il *faut* passer à Vista. C’est plus simple.

Quelle misère quand même le marketting.