NTFS en écriture sous Linux, avec les accents

closeCet article a été publié il y a 15 ans 3 mois 9 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Depuis quelques temps, je me suis mis à utiliser Debian sur un PC portable (pour changer de l’utilisation serveur uniquement). Du coup, même si l’environnement standard (une debian etch + gnome/gdm) est assez complet à l’installation, il manque 2/3 choses pour être « confortable ».

Je vais donc pondre quelques articles sur des paramétrages qui n’étaient pas triviaux (sans forcément être compliqués).

Notamment, je voulais pouvoir partager certaines données avec la partition Windows en double boot. Ou encore accéder à des disques externes, en NTFS (car une seule grosse partition => VFAT impossible). Mais, le NTFS, par défaut c’est read-only.

Avec un noyau Linux standard (ici 2.6.18-4), l’option permettant d’activer le NTFS en r/w est activée, mais il manque le pilote qui va bien. C’est NTFS-3G (site officiel).
Procédez donc comme suit :

apt-get install ntfs-3g

Ensuite, pour monter un disque :

mount -t ntfs-3g /dev/blabla_habituel

Il est évidemment possible de déclarer le point de montage dans FSTAB, de manière classique, en précisant le type « ntfs-3g ».
Quelques options intéressantes sont à noter. Prenons le cas d’un disque SATA ou USB ou SCSI identifié par /dev/sda, partition 1, à monter sur /mnt/ntfs_rw. Ca donne :

/dev/sda1 /mnt/ntfs_rw ntfs-3g defaults,auto,uid=xxx,gid=xxx,umask=007,showexec,codepage=850,iocharset=iso8859-1 0 0

Les options importantes sont :
umask : pour donner les droits d’écriture à l’utilisateur identifié par « uid ».
uid : fixe le compte propriétaire.
gid : fixe son groupe.
showexec : évite de coller tous les fichiers en exécutables alors qu’ils ne le sont pas. Sauf les .COM, .BAT, .EXE etc.
codepage & iocharset : précise qu’il y a des noms avec accents et fait en sorte de bien les gérer.

Ah, dernier point : il y a 2/3 restrictions. Si la partition NTFS est par exemple une partition système en hibernation, ou encore une partition de données démontée comme un gorêt, alors le système de journalisation de la partition est bancal et on ne peut pas monter sous Linux, sauf en forçant. Donc bref : ne pas laisser en hibernation le système et éviter de démonter salement un disque NTFS.

Voilou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.