Catégories
bureautique coup de gueule Debian planet-libre.org Ubuntu windows

Firefox 3, ça poutre… ou pas

Génial le « download day ». Un concept. Non je déconne, en fait, je m’en tape… comme l’euro 2008, rien à foot.
Néanmoins, comme je trainais sur portableapps et que FFox 3 portable est sorti très vite, j’ai tenté ma chance. Donc en sauvegardant mon Firefox 2 avant, bien au chaud, sentant le coup venir.
Bilan des courses, une fois mes modules capitaux invalidés (all-in-one gestures, tabmix plus, google browser sync et celui d’ebay il me semble), voire d’autres, je ne sais plus car tout a été très vite, je suis revenu bien vite vers firefox 2.
Quand je vois des plug-ins inutiles comme Vimperator sont dispos pour ffox 3, j’ai mal de voir les autres non dispos. Bon certes, je gueule mais je ne développe rien. Oui en effet, mais bon j’aime pas trop me sentir pris au piège, on dirait du bigrozoft : migrez les gars, on verra après…

Allez-y, excitez-vous, d’ici 1 mois, je retrouverai mes modules et hop, à moi firefox 3…
Et après on se demande pourquoi je préfère Debian à des distrib un peu trop vivaces. Heureusement, mon Ubuntu est restée en 7.10, je me méfie de la migration en 8.jesaisplusquoi. A tous les coups y’a ffox 3 dedans maintenant et pan dans ta gueule les modules, de force.

Beta-deployez bien, a+

Catégories
autres outils bureautique coup de coeur Debian planet-libre.org reseau et sécu windows

Installer et déployer OCSInventory-NG

OCSInventory-NG est un outil d’inventaire de parc informatique. On l’associe souvent à GLPI (Gestion Libre de Parc Info), mais c’est uniquement car GLPI sait aller chercher les infos de OCS. OCSInventory-NG suffit à lui seul – lorsqu’il s’agit d’inventaire.
L’objectif de cet outil est de remonter automatiquement toutes les informations des ordinateurs (PC Windows, Linux, Mac) connectés à votre réseau ; notamment la liste des logiciels installés.
Pour ceux qui ne sont pas connectés au réseau, il est possible de faire tourner localement l’agent (l’outil qui remonte les infos) puis de récupérer un fichier et l’incorporer. Ce n’est pas très dynamique mais parfois nécessaire.

Dans cet article, je vais montrer comment installer le serveur sous Debian, le paramétrer un minimum et enfin comment déployer l’agent (il existe plusieurs méthodes et la doc n’est pas forcément limpide – pardon aux auteurs, j’ai dû relire plusieurs fois et m’y reprendre à plusieurs fois).
Mon contexte d’utilisation de l’agent est essentiellement du poste Windows où tout le monde n’a pas nécessairement le droit d’admin. Enfin, j’ai un domaine Samba, pratique pour exécuter des choses au login. Si c’est votre cas ou si vous avez un domaine AD de Bigrosoft, ça facilitera le déploiement.

Je ne vous expliquerai pas tout non plus, pour ne pas plagier la doc officielle. Je vous donne des pistes pour aller le plus vite possible en comprenant au mieux les grands principes.

Catégories
bureautique coup de coeur windows

Vista : l’argument qui tue

Enorme ! Après Ballmer qui devrait arrêter un peu les rails de coke, voici un extrait de mon spam-officiel du matin, une des raisons de passer à Vista

«Why should you upgrade to windows vista»:
Every 10 PCs that switch to Windows Vista is the equivalent of taking an automobile off the road, in terms of greenhouse gases.

Et 9 pages de calculs scientifiques complètement nazes pour démontrer que la planète ira mieux si on passe à Vista. C’est sûr qu’entre ça et faire des bagnoles qui pomperaient pas autant de pétrole aux 100 bornes que mes potes de Ricard en une heure, il *faut* passer à Vista. C’est plus simple.

Quelle misère quand même le marketting.

Catégories
bureautique dev planet-libre.org windows

TortoiseCVS, Truecrypt et clef USB…

J’utilise TortoiseCVS pour accéder à un dépôt un peu sensible. Afin de le protéger sur mon ordi portable (en cas de vol), j’ai préféré le stocker sur une clef USB utilisant un container Truecrypt utilisant un bon cryptage et mot de passe long comme le bras.

Manque de bol, TortoiseCVS ne voulait pas me faire de checkout sur une clef USB ou sur un « container Truecrypt », vu aussi comme une clef USB, un « périphérique amovible ».

Pour régler ce problème, il faut penser à décocher la case « Mount volumes as removable media » dans les options de Truecrypt. C’est tout con, mais j’ai perdu une heure…

La contrepartie est expliquée dans les FAQ de Truecrypt. Rien de violent à vrai dire :

Q: What will change when I enable the option ‘Mount volumes as removable media’?

A: You can enable this option, for example, to prevent Windows from automatically creating the ‘Recycled’ and/or the ‘System Volume Information’ folders on TrueCrypt volumes (in Windows, these folders are used by the Recycle Bin and System Restore facilities). However, there are some disadvantages. For example, when you enable this option, the ‘Computer’ (or ‘My Computer’) list will not show free space on the volume (note that this is a Windows limitation, not a bug in TrueCrypt).

Ce qui est pénible, c’est que c’est probablement une nouvelle version de TortoiseCVS qui m’a apporté ce problème (je ne trouve pas que ce soit une « feature » que de rejeter les clefs USB comme ça sans rien dire, c’est plutôt un bug…). Je vais éplucher un peu les releases notes et forums à ce sujet.

Catégories
bureautique Debian mails planet-libre.org windows

Exchange, outlook… dans un monde de serveurs Linux

Je passe sur les raisons longuement discutées (pendant environ un an) qui nous ont poussés à installer un Exchange pour son calendrier offline (pour les hommes pressés en déplacement), sur un smartphone/outlook (port de la cravate obligatoire), son outil de CRM (cravate et grosse bagnole sont de mises), etc etc. La partie e-mail reste en Linux et la cohabitation des 2 mondes (exchange+imap linux) dans un Outlook se passera honorablement.
Il y aurait tant à dire sur les solutions de contournement qu’on n’a qu’à troller dans les commentaires si vous le souhaitez.

Avant de capituler, sachez juste que j’ai testé en long en large et en travers les solutions de synchro outlook<-> egroupware type Funambol (ex Sync4j), Funambol server et blablabli et je ne sais quoi d’autres généralement bien moisi. S’il fallait donner un bilan : Funambol, ça marche, mais ça se limite à remonter des créneaux horaires (pas des participants, pas de pièce jointe etc). Les autres solutions, ça vaut pas un cachou. Et du Zimbra etc, c’est finalement à peine moins cher qu’un Exchange, chiffres à l’appui.

Voilà, maintenant qu’on ne peut plus m’accuser d’avoir déserté sans livrer bataille, je vous livre 2/3 remarques sur le fonctionnement d’Outlook 2003 et 2007, vis-à-vis d’Exchange et d’une intégration d’un Exchange dans un environnement Linux, notamment un DNS Linux (BIND9 en l’occurrence).

Petite intro

Ces cons de clients mail fonctionnent différemment et Exchange 2007 conserve les deux modes d’accès (pour compatibilité) à certains types de données, notamment aux données disponibilités de chacun pour planifier des réunions facilement. On trouve de la doc sur le sujet, mais c’est pas simple. Et fidèle à lui-même, Microsoft n’a pas cru bon de rendre ses applications bavardes (ie, générer des logs) et à trop vouloir simplifier l’interface utilisateur (même dans un mode de configuration manuelle), certains mécanismes sont complètement occultés et quand ça merde, l’appli ne dit rien !
(Tiens j’oubliais une note positive : en Outlook 2007, l’IMAP est un peu mieux géré : on peut désigner un répertoire d’envoi sans bidouiller comme un malade…)

Imaginons donc le scénario suivant

– un serveur Exchange 2007 dans un domaine (forêt) autonome qui n’est pas le domaine SAMBA « principal » de notre réseau
(- une double maintenance d’utilisateurs dans l’Active Directory et dans l’OpenLDAP (Linux), moyennement quelques scripts, c’est tout à fait vivable.)
– des clients Outlook 2003 et 2007 avec un compte Exchange pour le calendrier et un compte IMAP pour le mail (IMAP hébergé sur Linux)

Imaginons que ça bug après une installation toute fraîche (facile hein ?)

– lorsque je planifie une réunion, je ne vois pas les infos de dispo des gens alors que je peux consulter l’agenda d’un collègue s’il m’autorise (partage)

La solution, après 12000 recherches et forums

– Pour outlook 2003 :
Disons que le serveur ait un FQDN « test.exchg.societe.com ». Le petit « exchq » dans le nom vient du nom du domaine sur lequel est installé Exchange. Donc tous les applicatifs connaissent cette machine sous ce nom complet, et pas « test.societe.com », encore moins « test ».
Manque de bol, lorsque vous déclarez votre compte Exchange dans Outlook, vous spécifiez le serveur « test » et ce tocard vous dit qu’il a trouvé et remplace votre saisie par « test.exchg.societe.com », alors même que votre PC (faisant tourner Outlook) ne sait pas résoudre ce nom complet.
De là, tout marche à peu près *sauf* l’accès aux « public folders » du serveur, donc aux infos de dispo des gens…
Il suffit donc de déclarer ce nom test.exchg dans la zone « societe.com » de votre DNS bind.
Et hop, tout se met à marcher.
Bien sûr, si outlook avait dit dès le départ « cannot find test.exchg.societe.com », j’aurais gagné 2 semaines…

– Pour Outlook 2007 :
Même genre de bordel, sauf que lui, avec un nouveau procédé « autodiscover », veut tout faire tout seul. Même souci : quand il ne trouve pas le serveur comme il le souhaite, il ne dit rien, mais ça marche mal.
Avec une trace tcpdump sur le DNS (genre : tcpdump -i ethxxx port 53 src host mon-ip-PC-client-outlook), et avec l’aide de quelques personnes sur un forum bien sympa, j’ai vu que ce bouffon de client cherchait deux enregistrements DNS :
– l’un de type A pour chercher autodiscover.masociete.com
– l’autre de type SRV, nommé _autodiscover._tcp.masociete.com
Une remarque, pour être sûr de voir la requête lors du tcpdump, videz votre cache DNS du poste client Windows avant :

C:\Documents and Settings\toto>ipconfig /flushdns

Configuration IP de Windows

Cache de résolution DNS vidé.

Enfin, pour régler le problème, vous créerez donc 2 entrées dans votre DNS, zone masociete.com :

autodiscover    A       10.x.y.z ;serveur exchange
_autodiscover._tcp      1D IN SRV 0 1 443       test.exchg ;serveur exchange

Et là, « par magie », vous voyez les infos de dispo des gens lors d’une réservation de réunion.
C’est pas bioutifoule ça ?

Catégories
autres outils bureautique coup de gueule Debian windows

Le support de Nero craint à mort. Vive Handbrake

Récemment, j’ai acheté un Nero 8 en ligne (si si) pour utiliser Nero Recode afin de créer facilement des vidéos au format PS3 depuis mes DVD, ou d’autres sources.
L’interface est bien, l’application multi-threadée etc. Bref, j’étais enthousiaste. Maintenant je n’utilise plus Nero Recode…

Catégories
bureautique coup de gueule Debian ligne de commande planet-libre.org windows

winmail.dat : kek’ j’en fais ? je le décode bien sûr

Parfois (si quelqu’un sait me dire quand, je suis preneur), une pièce jointe (ou un ensemble) envoyée à partir d’un client mail Migrosoft arrive sous forme d’un fichier « winmail.dat ». Et on ne sait pas quoi en faire. Et ça me gave ce p_[4!n de problème.
En cherchant un peu (vue la demande urgente d’un collègue près à me baffer), j’ai trouvé comment les décoder, ça peut vous servir.

Catégories
bureautique mails planet-libre.org windows

Instances multiples Firefox, Thunderbird

J’utilise Firefox et Thunderbird « portables » sur une clef USB.
Au boulot, j’utilise aussi Firefox et Thunderbird, mais pour diverses raisons (comportement LDAP + annuaire perso synchronisé par plug-in etc, liste de bookmarks radicalement différente, proxy différents suivants la nature des sites que je regarde etc), j’ai préféré conserver 2 instances de chaque (FFox, TBird). Le problème était de dire à Ffox et à Tbird qu’on tolère les instances multiples. A priori c’est une option de la ligne de commande

Catégories
bureautique windows

Applis portables

Bon,

Comme j’en ai marre de me répéter auprès de mes collègues, amis etc, voici 3 sites pour les applications portables Windows. Les applications portables, pour ceux qui l’ignorent, sont des applications Windows qui ne nécessitent pas d’installation, pas de droit d’admin (en général) et qui peuvent par exemple être lancées depuis une clef USB.

Idéal pour trimballer tout un environnement de travail d’un endroit à un autre. En synchronisant, vous pourriez ne jamais avoir à (ré)installer une application Windows…

Catégories
bureautique Debian planet-libre.org windows

Synchro Google Calendar et Thunderbird Lightning

J’adore ce que fais Google (pour l’instant 😉 J’utilise largement leur agenda. J’ai trouvé récemment un plug-in pour pouvoir faire une synchro bidirectionnelle et complètement fonctionnelle entre l’agenda Thunderbird (qu’on peut avoir par le plug-in officiel « Lightning ») et Google Calendar. Voici comment procéder.